Arrestation: Quand tester les policiers mène en cellule...

 L'art de se mettre dans le trouble

Devant son insistance à nuire à une intervention policière, un citoyen s'est retrouvé en cellule pour avoir volontairement entravé un agent de la paix.

L'histoire est survenue le 1er mai dernier à Mont-Tremblant alors que les policiers de la municipalité intervenaient suite à l'interception d'un véhicule. Selon le service de police, les deux policiers procédaient à l’interception d’un véhicule pour vérifier l’état de sobriété du conducteur, lorsque le passant n’ayant aucun rapport avec l’histoire s’est mis à marcher en cercle au milieu de la rue.

Les agents tentaient de prélever un échantillon d’haleine à l’aide de l’appareil de dépistage lorsque le passant s’est mis à les invectiver et à s’approcher à proximité d’eux, tout en faisant fit des consignes des policiers.

Après avoir demandé du renfort et avoir dû composer pendant de longues minutes avec le passant qui troublait la paix, les agents ont finalement procédé à son arrestation pour « entrave à un agent de la paix ».

L’homme dans la mi-vingtaine de Mont-Tremblant avouera plus tard avoir voulu « tester les limites » des agents et il se cherchait une « personne sur qui se défouler » à la suite d’une querelle amoureuse.

Le Code criminel stipule que quiconque entrave volontairement un agent de la paix dans l’exécution de ses fonctions, commet une infraction. L’homme a pu être libéré par promesse à comparaître après avoir dégrisé en cellule.