COVID-19 EN DIRECT AU QUÉBEC

COVID-19 - La situation au Québec

Date 22 Septembre 2020

489 nouveaux cas, pour un nombre total de personnes infectées de 68 617.

Aucun décès n'est survenu dans les 24 dernières heures, mais 1 décès survenu entre le 15 et le 20 septembre s'ajoute, pour un total de 5 805 décès.

Le nombre d'hospitalisations a augmenté de 20 par rapport à la veille, avec un cumul de 168.

Parmi celles-ci, le nombre de personnes se trouvant aux soins intensifs a diminué de 2, à 28.

Les prélèvements réalisés le 20 septembre s'élèvent à 25 025 pour un total de 2 115 208.

NOUVEAU : Les appareils de détection de drogues approuvés arrivent

Comme pour l'alcool, les corps de police pourront maintenant détecter la présence de drogues dans l'organisme.

Le Gouvernement canadien a annoncé hier que les corps de police pourront maintenant faire usage d’un nouvel appareil permettant de détecter la présence de drogues dans l'organisme chez les automobilistes.

Ainsi le premier appareil de dépistage de drogues a été approuvé pour utilisation par les autorités policières.

Les policiers pourront, lorsqu’ils auront des motifs de croire qu’un automobiliste a les facultés affaiblies par la drogue de faire usage d’un appareil de dépistage à échantillonnage de liquide buccal en bordure de la route.

Ainsi, les autorités policières auront désormais accès à un outil supplémentaire qui les aidera à détecter la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue.

L’appareil de dépistage sera utilisé pour détecter la présence de THC, le principal élément du cannabis qui affaiblit les facultés, et de cocaïne si les agents soupçonnent la présence d’une drogue dans l’organisme d’un conducteur.

Actuellement un certain nombre d’outils peuvent être utilisés pour détecter la conduite avec les facultés affaiblies, dont le test de sobriété normalisé et l’évaluation de l’expert en reconnaissance de drogues.

Toutefois, avec l’appareil de dépistage à échantillonnage de liquide buccal, les policiers auront maintenant un outil supplémentaire. Cet appareil de dépistage de drogues sera dorénavant à la disposition des autorités policières. Toutefois, les policiers, comme pour l’alcootest, devront suivre une formation qui sera offerte par la GRC.

D’autres appareils de dépistage de drogues pourraient s’ajouter dans un avenir rapproché, ce type d’appareil évolue rapidement et les corps de police seront mieux équipés pour faire face à la conduite avec les facultés affaiblies par les drogues.

Le saviez-vous ?

• La conduite avec les facultés affaiblies constitue la principale cause criminelle de décès et de blessures au Canada.

• L’appareil de détection de drogues à échantillonnage de liquide buccal est un outil supplémentaire mis à la disposition des autorités policières pour détecter la présence de certaines drogues chez les conducteurs.

• Les renseignements fournis à Sécurité publique Canada par les fabricants d’appareils de dépistage de drogues, en réponse à une demande de renseignements lancée plus tôt cette année, indiquent que les fabricants prévoient être en mesure de répondre à la demande dans un délai de quatre à six semaines.

• La police peut exiger un échantillon de liquide buccal si l’agent a des motifs raisonnables de soupçonner que le conducteur a de la drogue dans son organisme. Un résultat positif à l’appareil de dépistage de drogues pourrait mener à l’étape d’enquête suivante en exigeant un échantillon de sang aux fins d’analyse en laboratoire ou une évaluation par un expert en évaluation et en reconnaissance de drogues (ERD).

• La formation des autorités policières sur l’appareil de dépistage de drogues à échantillonnage de liquide buccal sera élaborée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au cours des prochaines semaines.

• Le résultat positif à un appareil de dépistage de drogues pourrait mener à l’étape d’enquête suivante, à savoir l’obligation de donner un échantillon de sang pour analyse en laboratoire, mais ce n’est pas une condition préalable. L’appareil peut être utilisé en plus du test de du test de sobriété normalisé (TSN) et de l'évaluation de l'expert en reconnaissance de drogues (ERD).

Droits d'auteurs

ARTICLE, REPORTAGE ET PHOTOS PROTÉGÉS PAR LES DROITS D'AUTEURS - Toute reproduction, totale ou partielle, photos, vidéos, articles, publié sur Zone911 est strictement interdite. Les auteurs des photos et articles détiennent toujours les droits lorsqu'elles ont été produite par eux. Toutes les publications sur Zone911 ont été dûment autorisées par les auteurs. Sachez que vous pouvez toujours partager les reportages sur vos médias sociaux comme Facebook via les boutons de partage ou à partir du URL de l'article. Voir la section, conditions d'utilisation pour plus de détails.