Youtube - Faux enlèvements « prank » : Trois individus arrêtés « pour vrai »

Trois jeunes hommes devront faire face à la justice après avoir fait de faux enlèvements, appelé « prank » en espérant avoir de la notoriété sur YouTube.

Voici un exemple à ne pas faire...

Lundi dernier, le SPVM a dû déployer un nombre important de ressources policières afin de répondre à plusieurs appels concernant des gens séquestrés. En l’espace d’une heure trente, des témoins ont contacté le 911 pour signaler que des personnes ont été enlevées de force et placées dans le coffre arrière d’une voiture, et ce, à trois endroits différents.

Un jeune garçon a notamment été témoin d’une scène violente où la victime se serait fait frapper avec un bâton de golf.

 

 

Les démarches effectuées rapidement par la Section des Enquêtes criminelles Ouest ont permis d’identifier le conducteur du véhicule.

À l’aide de moyens d’enquête et de la collaboration du Service de police de la Ville de Terrebonne, le véhicule a été intercepté sur leur territoire et trois hommes de 21 et 22 ans ont été arrêtés.

Les suspects ont mentionné qu’il s’agissait d’un canular, appelé « prank », lors duquel des gens simulent des enlèvements pour ensuite les diffuser sur YouTube et ainsi acquérir de la notoriété.

Les trois hommes ont été libérés avec une citation à comparaître et font face à de possibles accusations de méfait, troubler la paix et port d’armes dans un dessein dangereux.

«De telles simulations ne sont pas tolérées et sont passibles d’accusations devant les tribunaux. Pensez-y deux fois!»

, a indiqué le SPVM. 

Source des informations via communiqué du SPVM.

 

Tags:

Droits d'auteurs

ARTICLE, REPORTAGE ET PHOTOS PROTÉGÉS PAR LES DROITS D'AUTEURS - Toute reproduction, totale ou partielle, photos, vidéos, articles, publié sur Zone911 est strictement interdite. Les auteurs des photos et articles détiennent toujours les droits lorsqu'elles ont été produite par eux. Toutes les publications sur Zone911 ont été dûment autorisées par les auteurs. Sachez que vous pouvez toujours partager les reportages sur vos médias sociaux comme Facebook via les boutons de partage ou à partir du URL de l'article. Voir la section, conditions d'utilisation pour plus de détails.