MERCI DE NOUS SUIVRE !

Vous êtes des milliers de lecteurs et lectrices à consulter Zone911 et ce, quotidiennement depuis 17 ans. Nous tentons de faire de notre mieux pour continuer à vous informer, 7 jours sur 7, 24h, malgré la situation difficile causée par la COVID-19. ZONE911 continue à vous informer. 
MERCI ENCORE ! 

 

CORONAVIRUS (COVID-19) EN DIRECT

Au Québec, en date du 6 avril 2020 à 13h

La situation est la suivante: 

8580 CAS CONFIRMÉS
+ 636

121 personnes décédées
+27
533 personnes hospitalisées
+8
164 personnes aux soins intensifs
+10
2942 personnes sous investigation
91 533 analyses négatives (cas infirmés)

Pour ralentir la propagation : RESPECTEZ LES CONSIGNES, restez à la maison, aucune visite, lavez vos mains souvent, éternuez / toussez dans votre coude, aucun rassemblement extérieur et intérieur et évitez les déplacements non essentiels entre les régions, villes et quartiers.

Si la COVID-19 vous inquiète ou si vous avez des symptômes :
Québec : 418 644-4545, Montréal : 514 644-4545, Montérégie : 450 644-4545, Outaouais : 819 644-4545, ailleurs au Québec : 1 877 644-4545

Voici l'outil d'auto-évaluation des symptômes COVID-19 - https://ca.thrive.health/covid19/fr 

Il fait livrer sa drogue à son hôtel

Histoire inusitée.

Samedi, les policiers de Mont-Tremblant ont été contactés par la réceptionniste d’un hôtel après avoir découvert de la drogue dans un colis.

La femme avait reçu la consigne du client d’une chambre de procéder à la destruction d’un colis envoyé par courrier si ce dernier arrivait après son « check out ».

Selon le service de police, l’employée de l’hôtel, après avoir reçu le colis en provenance d’une autre province, a procédé à la vérification et s’est assuré que le client avait bel et bien quitté sa chambre. Celle-ci a alors ouvert le colis avant de le mettre aux poubelles, mais fait une découverte. Le colis contenait des comprimés et un sachet de poudre blanche.

Les policiers appelés sur les lieux ont effectué un test d’échantillonnage et ont pu déterminer que les comprimés étaient de la méthamphétamine et la poudre blanche de la cocaïne, a indiqué le Service de police.

Selon les observations des policiers, les quantités étaient vraisemblablement pour de la consommation personnelle.

Le Service de police de la Ville de Mont-Tremblant collabore avec les autorités de la province concernée.

« L’employée a eu le bon réflexe de téléphoner aux policiers pour remettre les stupéfiants afin qu’ils soient détruits convenablement », a indiqué le corps de police.