MERCI DE NOUS SUIVRE !

Vous êtes des milliers de lecteurs et lectrices à consulter Zone911 et ce, quotidiennement depuis 17 ans. Nous tentons de faire de notre mieux pour continuer à vous informer, 7 jours sur 7, 24h, malgré la situation difficile causée par le COVID-19. ZONE911 continue à vous informer. 
MERCI ENCORE ! 

 

COVID-19
Sauver des entreprises et des emplois.
SOLIDARITÉ - FAITES VOS ACHATS ICI AU QUÉBEC

CORONAVIRUS (COVID-19) EN DIRECT

Au Québec, en date du 29 mars 2020 à 13h

La situation est la suivante: 

2840 CAS CONFIRMÉS
+ 342

22 personnes décédées
+0
29 personne guérie 
192 personnes hospitalisées
+28
72 personnes aux soins intensifs
+15
6313 personnes sous investigation
49 364 analyses négatives (cas infirmés)

Pour ralentir la propagation :
Lavez vos mains souvent
Éternuez / toussez dans votre coude
Isolez-vous durant 14 jours si vous revenez d’un voyage
Évitez de visiter les aînés + les personnes vulnérables si vous êtes malade
Aucun rassemblement extérieur et intérieur

Si la COVID-19 vous inquiète ou si vous avez des symptômes :
- Québec : 418 644-4545
- Montréal : 514 644-4545
- Montérégie : 450 644-4545
- Outaouais : 819 644-4545
Ailleurs au Québec : 1 877 644-4545
Privilégiez les numéros locaux s’il y en a un pour votre région.

Voici l'outil d'auto-évaluation des symptômes COVID-19 - https://ca.thrive.health/covid19/fr 

Intervention policière mortelle au poste de la Sûreté du Québec de Pont-Rouge: Pas d'accusation contre les policiers

Le DPCP annonce qu'il ne portera pas d'accusation dans le dossier de l'enquête indépendante instituée à la suite de l'événement survenu le 9 juillet 2017 à Pont-Rouge, lors duquel un homme est décédé

Après examen du rapport produit par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) en lien avec l’événement entourant le décès d’un homme survenu le 9 juillet 2017 à Pont-Rouge, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) conclut que l’analyse de la preuve ne révèle pas la commission d’une infraction criminelle par les policiers de la Sûreté du Québec
(SQ).

L’examen du rapport d’enquête préparé par le BEI a été confié à un comité composé de deux procureurs. Ces derniers ont procédé à un examen complet de la preuve afin d’évaluer si celle-ci révèle la commission d’infractions criminelles. Un procureur qui a participé à l’analyse du dossier a rencontré et informé les proches de la personne décédée des motifs de la décision.

Événement

En après-midi, le 9 juillet 2017, à Pont-Rouge dans la région de la Capitale-Nationale, un homme entre avec son véhicule dans la partie clôturée du stationnement du poste de police de la SQ où sont garés plusieurs véhicules de patrouille.

Vers 15 h 10, des policiers à l’intérieur du poste de police voient l’homme fracasser les fenêtres de trois véhicules de patrouille avec une machette de près de vingt pouces fixée à sa main par du ruban adhésif.

Plusieurs policiers sortent à l’extérieur pour intervenir. L’un d’entre eux tente de prendre un contact initial avec l’homme qui montre des signes d’agressivité et qui a les poings serrés. Ce policier prend son arme de service dans la main droite et sa bonbonne de poivre de Cayenne dans sa main gauche. Deux autres policiers l’entourent avec leur arme de service pointée vers l’homme. Le policier lui crie de lâcher sa machette, mais l’homme donne encore quelques coups sur un des véhicules de patrouille.

Le policier s’avance ensuite de quelques pas dans le stationnement pour entrer en contact avec l’homme. Celui-ci s’avance directement vers le policier qui lui crie encore de lâcher sa machette. Se sentant menacé, le policier utilise la bonbonne de poivre de Cayenne afin d’asperger l’homme qui se trouve alors à environ quinze pieds de lui. Malgré le poivre de Cayenne, l’homme continue de s’avancer de façon menaçante vers le policier. Il a la tête penchée pour éviter le jet de la bonbonne, les bras allongés et la machette dans une main. Un autre policier tente également d’utiliser sa bonbonne de poivre de Cayenne.

À ce moment, un autre policier, bâton télescopique à la main, décide de se barricader derrière un véhicule de patrouille. Une policière crie au sujet d’arrêter d’avancer.

Le premier policier recule et l’homme s’avance toujours vers lui. Il est agressif et crie à quelques reprises : « Tire-moi ». À une distance de moins de dix pieds de l’homme, le policier se retrouve coincé en souricière dans un coin de la bâtisse, sans issue pour fuir. Le policier lui ordonne une nouvelle fois de lâcher sa machette et d’arrêter d’avancer. L’homme n’obtempère pas et continue d’avancer de façon menaçante avec sa machette.

À près de six ou sept pieds de distance, le policier fait feu à quatre reprises en direction de l’homme. L’homme tombe sur le sol. Ce même policier doit se déplacer pour éviter de recevoir un coup de machette pendant sa chute. Deux policiers débutent alors des manœuvres de réanimation cardiaque.

L’homme est transporté à l’hôpital où son décès est constaté à 16 h 10.

19944555 10155489427594664 6221158584248475720 o

Analyse du DPCP

Dans la présente affaire, le DPCP est d'avis que les conditions énumérées à l'article 25 du Code criminel sont remplies.

Cette disposition accorde une protection à l’agent de la paix qui emploie la force dans le cadre de l’application ou de l’exécution de la loi. Le paragraphe 25(1) accorde une protection à l'agent de la paix employant la force dans le cadre de l'application ou l'exécution de la loi, pourvu qu’il agisse sur la foi de motifs raisonnables et qu’il utilise seulement la force nécessaire dans les circonstances.

Il peut s’agir, notamment, d'une arrestation légale, ou encore de manœuvres visant à désarmer une personne ou à maîtriser une personne en crise, en raison du risque qu’elle représente pour elle-même ou pour autrui. Le paragraphe 25(3) précise qu’un policier peut, s’il agit sur la foi de motifs raisonnables, utiliser une force susceptible de causer la mort ou des lésions
corporelles graves s’il croit que cela est nécessaire afin de se protéger ou encore de protéger les personnes sous sa protection contre de telles conséquences. Les agents de la paix sont donc autorisés à employer une force qui, dans les circonstances, est raisonnable et nécessaire pour exercer leurs fonctions et qui n’est pas excessive.

Les tribunaux ont établi que l’appréciation de la force ne devait toutefois pas être fondée sur une norme de perfection. En effet, les policiers sont souvent placés dans des situations où ils doivent rapidement prendre des décisions difficiles. Dans ce contexte, on ne peut exiger qu’ils mesurent le degré de force appliquée avec précision.

Considérant le danger imminent auquel ils faisaient face, l’arme utilisée par l’homme et son défaut d’obtempérer à de nombreuses reprises, les policiers avaient des motifs raisonnables d’estimer que la force appliquée à l’endroit de l’homme était nécessaire pour leur protection contre des lésions corporelles graves ou la mort.

Conséquemment, le DPCP est d’avis que l’emploi de la force par les agents de la paix était justifié en vertu de l’article 25 du Code criminel. L’analyse de la preuve ne révèle pas à son avis la commission d’un acte criminel par les policiers de la SQ impliqués dans cet événement.

19956624 10155489426049664 353021258540311642 o

Source communiqué: DPCP