MERCI DE NOUS SUIVRE !

Vous êtes des milliers de lecteurs et lectrices à consulter Zone911 et ce, quotidiennement depuis 17 ans. Nous tentons de faire de notre mieux pour continuer à vous informer, 7 jours sur 7, 24h, malgré la situation difficile causée par la COVID-19. ZONE911 continue à vous informer. 
MERCI ENCORE ! 

 

CORONAVIRUS (COVID-19) EN DIRECT

Au Québec, en date du 8 avril 2020 à 13h

données 8 avril 20 4

IMPORTANT - AUCUN rassemblement physique. Tous les rassemblements sont interdits. Gardez une distance de 2 mètres entre chaque personne et lavez vous régulièrement vos mains

LIGNE INFO CORONAVIRUS : 1-877-644-4545

Voici l'outil d'auto-évaluation des symptômes COVID-19 - https://ca.thrive.health/covid19/fr 

Une première utilisation réussie d'un DEA au service de police de Trois-Rivières.

 

Des policières de Trois-Rivières ont utilisé pour la première fois et avec succès, un défibrillateur externe automatisé (DEA).

 

Selon le service de police, vers 12 h 15 vendredi, les policiers ont été demandés en assistance aux ambulanciers sur la rue J.-A. Vincent. Un homme de 75 ans était en arrêt cardiorespiratoire.

Deux policières sont arrivées sur les lieux quelques minutes avant les ambulanciers.

Celles-ci ont immédiatement commencé les manoeuvres. L'une s’est concentrée sur le massage cardiaque pendant que l’autre policière a installé le DEA, a indiqué le service de police.

Les agentes ont été en mesure de faire usage de l’appareil DEA avant l’arrivée des ambulanciers, qui ont pris le relais.

Lors de l'admission au centre hospitalier, l'homme était dans un état stable, a ajouté le service de police.

Rappelons que les policiers et les policières reçoivent présentement une formation progressive suite à une entente entre la Direction de la police de Trois-Rivières et le CIUSSS MCQ. À ce jour, plus d’une vingtaine de policiers ont reçu cette formation.

La Direction de la police rappelle que le déploiement de ces appareils dans les véhicules de patrouille a pour but d’intervenir plus rapidement et d’accroitre les chances de survie d’une personne victime d’un arrêt cardiorespiratoire.