MERCI DE NOUS SUIVRE !

Vous êtes des milliers de lecteurs et lectrices à consulter Zone911 et ce, quotidiennement depuis 17 ans. Nous tentons de faire de notre mieux pour continuer à vous informer, 7 jours sur 7, 24h, malgré la situation difficile causée par la COVID-19. ZONE911 continue à vous informer. 
MERCI ENCORE ! 

 

CORONAVIRUS (COVID-19) EN DIRECT

Au Québec, en date du 4 avril 2020 à 13h

La situation est la suivante: 

6997 CAS CONFIRMÉS
+ 896

75 personnes décédées
+14
478 personnes hospitalisées
+49
130 personnes aux soins intensifs
+8
3879 personnes sous investigation 
83 230 analyses négatives (cas infirmés)

Pour ralentir la propagation :

RESPECTEZ LES CONSIGNES 
Restez à la maison, aucune visite.

Lavez vos mains souvent
Éternuez / toussez dans votre coude
Aucun rassemblement extérieur et intérieur

Si la COVID-19 vous inquiète ou si vous avez des symptômes :
- Québec : 418 644-4545
-Montréal : 514 644-4545
- Montérégie : 450 644-4545
- Outaouais : 819 644-4545
Ailleurs au Québec : 1 877 644-4545
Privilégiez les numéros locaux s’il y en a un pour votre région.

Voici l'outil d'auto-évaluation des symptômes COVID-19 - https://ca.thrive.health/covid19/fr 

31 arrestations en Ontario pour traite de personnes: La majorité des victimes étaient du Québec

La police régionale de York, en Ontario, a effectué une importante frappe policière ce matin en Ontario, mais aussi ailleurs au Canada, entre autres au Québec, en lien avec du proxénétisme.

Ainsi, 300 accusations de traite de personnes et autres actes criminels sont portées contre 31 individus.

l\’enquête a été effectuée en collaboration avec la police de l\’Ontario, de Toronto, Police de Peel, l\’Équipe Intégrée de Lutte contre le Proxénétisme (entre autres le SPVM et la Sûreté du Québec)

Selon les informations émises par le service de police régionale de York, le tout aurait débuté en octobre 2018 alors qu'une enquête a été ouverte dans un dossier d’un proxénète présumé. Les deux victimes auraient contacté la police après avoir tenté de s’échapper de leur proxénète. l\’enquête a permis d’identifier un certain nombre de suspects soupçonnés d’être impliqués dans un grand réseau de traite de personnes, dans plusieurs provinces, géré par le crime organisé. Ce groupe aurait également été impliqué dans la fraude, le trafic de drogues et à diverses infractions aux armes, a indiqué la police de York.

Jeudi, le 10 octobre dernier, des mandats d’arrestation et de perquisition ont été exécutés dans plus de 30 endroits dans le grand Toronto et dans la province de Québec, a indiqué la police de York.

susyork

Photo publiée par la police régionale de York.

Durant l\’enquête, les policiers ont été en mesure d’identifier 12 victimes et ont déterminé que plus de 30 femmes se sont retrouvées dans ce réseau sous l\’emprise de ce groupe de suspects. La majorité des femmes proviennent de la province du Québec mais demeurait depuis en Ontario et ailleurs au Canada pour le commerce du sexe.

La police de York a indiqué que les victimes dans ce dossier, en dépit des agressions violentes, des agressions sexuelles, de la torture, les nombreuses victimes sont dans l\’impossibilité de parler par peur et nie même les événements. Les policiers poursuivront le travail afin de les aider et les soutenir. Ce réseau opérait depuis longtemps et le service de police pense qu'il pourrait y avoir plus de victimes. La police de York demande aux victimes de ce réseau de communiquer avec eux.  Celles-ci recevront de l'aide et des services.

Quatre individus de la région de Montréal étaient à la tête de ce réseau. 

Selon une entrevue accordée à Radio-Canada par le commandant Dominique Côté du SPVM, les jeunes femmes étaient sorties de leur milieu, elles étaient déracinées et la barrière de la langue permettait de mieux les contrôler. «Elles se retrouvaient seules complètement démunies dans un endroit qu'elles ne connaissaient pas», a indiqué le commandant.

Le saviez-vous ?

l\’EILP, l\’Équipe Intégrée de Lutte contre le Proxénétisme, est une structure d’enquête unifiée au sein de laquelle les organisations policières travaillent de façon concertée afin de lutter efficacement contre les réseaux de proxénétisme et de traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle opérant à l\’échelle interrégionale, interprovinciale et internationale. La Direction des enquêtes criminelles de la Sûreté du Québec coordonne l\’EILP et le Service de police de la Ville de Montréal en assume l\’opérabilité tactique. Cette équipe regroupe également des enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada, du Service de police de la Ville de Québec, du Service de police de la Ville de Laval, du Service de police de la Ville de Gatineau et du Service de police de l\’agglomération de Longueuil.