Menu
A+ A A-

Reconnaissance mondiale pour 9 pompiers Montréalais décédés de maladies professionnelles

  • Publié dans Pompiers

Le Monument commémoratif de l'International Association of Fire Fighters (IAFF) de Washington fera place à la mémoire de neuf (9) membres de l'Association des Pompiers de Montréal décédés de maladies professionnelles

Pour la première fois de son histoire, l'International Association of Fire Fighters (IAFF) a inscrit, ce samedi 15 septembre 2018, au générique du Monument commémoratif de l'organisation, à Colorado Springs, dans l'État du Colorado, les noms de 9 pompiers montréalais décédés de maladies professionnelles.

Cette première reconnaissance mondiale pour les pompiers montréalais, qui sera à jamais gravée dans l'histoire de ce Mémorial, vise à souligner la contribution respective exceptionnelle de chacun d'eux, marquée au fer du sacrifice ultime, et ce, au nom de la sécurité et de la protection de leurs concitoyens et de leurs familles.

« Nous sommes à la fois très fiers et profondément émus de voir ainsi le sacrifice de nos frères ainsi reconnu » a dit aujourd'hui le président de l'Association des Pompiers de Montréal, Chris Ross, en soulignant que ces honneurs et ces hommages racontent une bien plus grande histoire encore que celle du seul courage ; soit celle de pompiers morts sur le terrain du combat du feu, mais aussi, en nombre alarmant, de maladies professionnelles telles que le cancer du cœur et le stress post-traumatique contractées dans le cours de leurs prestations de service professionnel.

Les membres de l'APM honorés aux États-Unis sont : René Lafrance, Patrick Caron, Serge Demers, Guy Forget, Normand Guérette, Guy Lacoste, Marcel Marien, Richard Riopel et Henri Labrie. Plusieurs milliers de personnes sont venues, le samedi 15, rendre hommage aux pompiers montréalais ainsi qu'à 261 autres confrères décédés de maladies professionnelles, partout aux États-Unis et au Canada.

« Il est grands temps que le législateur du Québec se penche sur l'urgente nécessité de reconnaître les divers cancers comme maladies professionnelles » a précisé aujourd'hui le président de l'Association des Pompiers de Montréal, en expliquant que le risque de contracter de telles maladies professionnelles s'est accru considérablement, voire même de façon exponentielle, au fil des dernières années, alors que tout l'écosystème du parc immobilier d'aujourd'hui, avec l'omniprésence de matériaux plastiques et composites, fait place à l'émergence, au feu, de substances toxiques en très grande quantité, contrairement à l'époque où le bois régnait en maître comme possible combustible dans la construction d'immeubles tant résidentiels que commerciaux.

SOURCE Association des pompiers de Montréal

Retour en haut