Menu
A+ A A-

Cannabis: Barrage policier à Québec

Image archives Image archives

La police de Québec a effectué un barrage routier hier soir contre les capacités affaiblies au volant.

Depuis hier le cannabis est légal au Canada, mais la légalisation de cette substance pourrait engendrer une augmentation du nombre de conducteurs arrêté pour capacités affaiblies par la drogue. C’est ce que craignent les corps de police au Canada.

Les 12 succursale de la SQDC du Québec ont été pris d’assaut par des milliers de citoyens, et ce jusqu’à la fermeture hier soir à 22 h. En fait des centaines de personnes faisaient la file. 

La police de Québec a donc profité de l’occasion de faire un barrage hier soir, entre 21 h 30 et 22 h 30. Les policiers ont intercepté plus de 200 véhicules sur le Boul. Wilfrid-Hamel.

Ces interceptions ont été effectuées dans le cadre d’un barrage routier afin de vérifier l’état de conduire des conducteurs, a indiqué le SPVQ.

Un bilan positif
Tous les conducteurs vérifiés étaient tous en mesure de conduire leurs véhicules.

Au total, 12 policiers-patrouilleurs ont participé à cette opération.

"Afin de maintenir notre engagement à offrir à la population un environnement sécuritaire, nous rappelons que le SPVQ est proactif en matière de conduite avec les capacités affaiblies" a indiqué le service de police.

Comme pour l’alcool, les corps de police pourront maintenant détecter la présence de drogues dans l’organisme.

Le Gouvernement canadien a annoncé, il y a quelques semaines, que les corps de police pourront maintenant faire usage d’un nouvel appareil permettant de détecter la présence de drogues dans l'organisme chez les automobilistes. Les corps de police qui désire en faire l'acquisition pourront très bientôt, lorsqu’ils auront des motifs de croire qu’un automobiliste a les facultés affaiblies par la drogue, de faire usage d’un appareil de dépistage à échantillonnage de liquide buccal en bordure de la route. L’appareil de dépistage sera utilisé pour détecter la présence de THC, le principal élément du cannabis qui affaiblit les facultés, et de cocaïne si les agents soupçonnent la présence d’une drogue dans l’organisme d’un conducteur.

10 agents expert au SPVQ en reconnaissance de drogues

Pour le moment, le SPVQ n'a pas en main le nouvel appareil de dépistage de drogues nouvellement approuvé. Toutefois, la grande majorité des policiers du SPVQ ont reçu la formation pour faire passer le test de coordination et procéder à l’arrestation du conducteur, s’il y a des motifs de croire qu’il est sous l’effet de drogue. Suite au résultat du test, il pourrait être évalué par un agent expert en reconnaissance de drogues. Au SPVQ, dix policiers ont été formés comme expert dans les dernières années. L’agent expert procèdera à une évaluation composée de 7 étapes distinctes. Suite à l’évaluation, le conducteur peut s’exposer aux mêmes accusations pour la conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool.

Retour en haut